Bonjour à vous. =)

 

Imaginez. Vous êtes confortablement installé devant votre ordinateur avec la ferme intention de trouver coûte que coûte un bien sur lequel vous pourriez investir. Ok, Let’s go ! Euh, mais … je cherche comment en fait ? A quoi dois-je penser tout au long de ma recherche ?

Vous avez à votre disposition, trois informations qui vont définir l’intérêt ou non du bien en question. Pour cela interrogez-vous sur :
– l’emplacement du bien
– le prix du bien
– les charges de copropriété

 

L’EMPLACEMENT

Alors comment savoir si l’annonce décrit un bien avec un bon emplacement ?
C’est simple, vous devez connaître cet emplacement. Pour ce faire, rien de mieux que de commencer à chercher à investir dans votre propre ville.
Alors oui, sauf exception des énormes villes (Paris, Bordeaux, Lyon etc.) et au contraire des villages pommés au milieu de nulle part (et encore, une bonne affaire vous y attends peut être), commencez par observer le marché immobilier de votre ville.
Si vous y habitez depuis quelques petites années voir même depuis votre enfance, vous serez capable de dire si oui ou non telle adresse fait partie d’un bon quartier.
Ne vous fiez surtout pas uniquement au terme générique « Hyper-centre ».
J’ai déjà eu moi-même de belles (enfin je veux dire mauvaises) surprises à cause de ce terme.
Tentez donc d’obtenir ne serait-ce que le nom de la rue afin d’être fixé et de vérifier par vous-même sur Google Maps par exemple. Pour ce faire un simple coup de fil suffit =)
Et de toute manière lorsque l’emplacement est vraiment top, du type face à l’hôtel de ville ou vraiment très proche, le vendeur le fera figurer dans son annonce puisque c’est un de ses arguments de vente.
Ah oui au fait un bon emplacement c’est quoi ?
Et bien, personnellement je ne vais pas chercher une définition complexe mais simplement me demander si c’est un quartier dans lequel j’aimerais habiter ?
Est-ce que je m’y sentirais en sécurité ?
Est-ce que je pourrais aller acheter ma baguette tous les midis en bas de l’immeuble ?
Est-ce que mes enfants (enfin VOS enfants, moi je n’en ai pas encore ^^), auront moins de 10 min de marche pour se rendre à l’école ?
Comme pour beaucoup d’autres critères d’un appartement, le fait de se mettre à la place de votre futur locataire facilitera grandement la suite.

 

LE PRIX

Comment savoir s’il est trop cher ? Pas assez cher ? Au prix du marché actuel ?
Ici aussi, Internet sera votre meilleur outil de recherche.
Des sites tel que « meilleursagents.com» vous donnent pas mal d’informations sur le marché immobilier de votre ville.
Vous y entrez en général, l’adresse exacte du bien étudié ainsi que d’autres informations (étage, ascenseur ou non, etc. …) et le site vous donnera le prix moyen du bien en question. Le tout en se basant sur d’anciennes transactions du même secteur et d’autres informations complètes.
Toutefois, ne vous fiez pas uniquement à ce montant. Il vous sert uniquement de base d’étude. Une fois ce montant en tête, retournez sur leboncoin et faites-vous votre avis des prix du marché. Il se peut que le site précédent vous ait affiché un prix moyen de 1 000 € le m² alors qu’en vous baladant sur un site d’annonces quelconque, vous notez un prix moyen de 1 200 € le m².
A partir de là, ne visez que des bien en-dessous du prix du marché pour commencer.
Ceux-ci correspondent le plus souvent à des biens sur lesquels de futurs propriétaires de résidence principale vont se positionner.
Leur but n’est pas de GAGNER de l’argent mais d’en DEPENSER. Ils seront moins regardant que vous sur le montant et plairont donc immédiatement au vendeur.
Ce qui est logique en soit, on ne va pas leur en vouloir 😉
Et de toute manière, vous êtes un investisseur dans l’âme, vous cherchez à acheter pas cher pour louer cher ensuite.
Il vous faut donc visez des biens en dessous du prix du marché (minimum 10%).
Ces biens ont généralement un défaut plus ou moins petit à régler qui peut aller d’un simple parquet à remplacer à une rénovation totale de l’appartement.
Tant de petits « problèmes » qui sont à eux seuls des arguments de négociation allant dans votre sens, alors foncez !

 

LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ

Allant d’une dizaine d’euros à plus d’une centaine, celles-ci mettent en place la part du montant que chaque copropriétaire devra verser mensuellement (ou non) pour la gestion de la vie commune de l’immeuble.
Elles comprennent en générale, l’électricité des parties communes (escalier et palier), l’entretien de ces mêmes parties communes, et parfois la rémunération d’un syndic
professionnel de copropriété. Dans le cas où un chauffage collectif serait en place dans l’immeuble, vos charges de copro (comme on dit dans le milieu ^^) en serait donc augmentées.
Une bonne partie de ces charges sont bien heureusement récupérables auprès du locataire et feront donc partie de ses charges en plus du loyer classique.
Toutefois, de par mon expérience perso et de ce que j’ai pu voir au fil des annonces, un montant de charges d’une centaine d’euros en plus du loyer classique fera fuir un éventuel locataire.
Celui-ci ne va pas forcément se poser la question du bienfondé de ces charges même si elles comprennent le chauffage, l’eau chaude ou autre.
Vis à vis du locataire, c’est simplement une dépense de plus qu’il n’aurait techniquement pas en louant un autre bien.
A ceci, ajoutez le fait que certains syndics de copro exagèrent largement sur leur rémunération sacrifiant ainsi une partie de votre bénéfice mensuel.
N’espérez pas pouvoir payer moins, ce sont des montants fixés avant votre arrivée et donc ayant été voté par une assemblée générale de copropriétaire.
Autrement dit, ça ne changera pas de sitôt !
Visez donc de faibles montants de charges de copropriété: entre 20 et 60€ environ.
Vous aurez ainsi plus de chances de louer le bien en question et surtout vous ne sacrifierez pas une partie de vos bénéfices !

 

Ces 3 informations sont très faciles à obtenir, alors pas de timidité, un simple coup de fil d’une trentaine de seconde suffira à vous fixer. Et si vous pensez déranger le propriétaire qui est au bout du fil, dites-vous bien qu’il veut VENDRE.
Vous pourriez aussi bien lui demander un échantillon sanguin qu’il vous le fournirait si ça pouvait favoriser la vente (oui j’exagère je sais roooh !).

A très vite.

Abdel

 

PS: Restons en contact ! Retrouvez-moi sur : Facebook et Instagram 

 

 

Catégories : Les infos pures

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *