Bonjour à vous investisseurs et investisseuses !

 

Vous avez trouvé le bien parfait pour votre premier ou prochain investissement ?
La visite de ce bien vous réconforte dans vos idées et vous êtes désormais sûr de vous: ce sera celui-là ! Alors il est temps de négocier le prix d’acquisition avec le vendeur.

Toutefois, avant même de parler du prix avec le vendeur, vous devez vous imposer un prix au-dessus duquel vous  ne négocierez plus. Soit vous accepterez le montant, soit vous passerez à autre chose. Pour fixer ce montant, faites vos calculs, vos prévisions de rentabilité etc.

Une fois ce montant en tête, c’est l’heure de contacter le vendeur.
Commence alors un bras de fer où chacune des parties va chercher à obtenir le meilleur prix pour elle-même.

 

LES INDICES EN VOTRE FAVEUR

– une mutation
– une perte d’emploi
– un décès
– un divorce
– un déménagement

Dans ces cas-là, le vendeur veut vendre au plus vite et vous êtes donc en position de force. Insistez alors sur votre réactivité et soyez prêt à agir au plus vite.
Faites donc en sorte d’être disponible le plus souvent possible pour faire accélérer les choses et satisfaire le vendeur qui se contentera alors de votre prix puisque vous serez le plus apte à acquérir son bien.

 

LES « ARMES » A VOTRE DISPOSITION

les travaux. Lorsque le bien est au prix du marché de votre ville mais nécessite quelques travaux de rénovation ou rafraîchissement, déduisez tout simplement le montant de ces travaux du montant du bien
la banque. Pour ainsi dire, vous pouvez vous « cacher » derrière votre banque en insistant sur le fait qu’elle ne vous suivra pas au-delà d’une certaine somme
les chiffres. Donnez un nombre précis tel que 128 500 € par exemple. Le vendeur cherchera alors à arrondir cette somme pour arriver à 130 000 €. Somme que vous auriez choisis au préalable 😉
la condition suspensive d’obtention de prêt. Dans le cas où vous êtes absolument sûr que le prêt vous sera accordé, utilisez cet outil  vous permet d’assurer au vendeur que quoi qu’il arrive, vous lui achèterez son bien avec ou sans prêt. Attention cependant, si le prêt ne vous ait finalement pas accordé, il en va de votre responsabilité de payer le vendeur comme convenu.

 

MES CONSEILS 

– ne pas proposer -50% à tout va il ne s’agit pas non des soldes !
– si le prix est correct de base et qu’aucune négociation probante n’est possible, soit vous passez soit vous acceptez, ne perdez pas de temps
justifier toujours le montant que vous lui proposer, c’est à dire comment êtes-vous arrivé à ce montant ?
– ne paraissez pas trop intéressé, sinon le vendeur prend l’avantage
– faites une demande quasi-impossible mais justifiée comme le fait de retirer le locataire en place par exemple. Le vendeur ne pouvant pas vous satisfaire sur ce point, il devra alors faire un effort sur le prix.

 

Voilà, je ne peux que vous souhaiter bonne chance pour vos futures négociations et dites-moi en commentaire si vous avez vous-même des astuces du genre 😉

A très vite !

Abdel

 

PS: Restons en contact ! Retrouvez-moi sur : Facebook et Instagram 

 

 

Catégories : Les infos pures

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *